:/BLOG

Point d’actualité : Blockchain et transformation quantique

Security Controls
Aug 8, 2018

Les blocs de données cryptées : des projets à la chaîne

La technologie de stockage et de transmission de données cryptées sans organe de contrôle institutionnel (blockchain) fait l’objet de réflexions généralisées dans l’industrie et les services. Beaucoup de plateformes et d’éditeurs existent sur chaque verticale industrielle mais avec une logique d’écosystèmes transverses.

L’initiative BRI des nouvelles routes de la soie n’y échappe pas avec le transport de fret, coeur du dispositif générant un flux massivement prioritaire d’est en ouest (90% de la valeur des marchandises transportées sur cet axe vont de Chine vers l’Europe). L’infrastructure est présente : 90% des minages de Bitcoin étaient déjà en Chine, les projets de blockchain sont favorisés sur le marché domestique avec cinq grandes zones prioritaires : aménagement réglementaire à l’image des légendaires et florissantes zones de libre-échange comme celles du Delta de la Rivière des perles ou de Shanghai, et l’ouverture internationale est décuplée grâce au commerce électronique transfrontière (Alibaba, Tencent, JD), tout ceci :

 après la nécessaire restriction fin 2017 des émissions de cryptomonnaies, elle-même consécutive à la loi de 2006 interdisant l’usage du QQ Coin en dehors des jeux mobiles de Tencent ;

 et après la réglementation des 10 000 et plus plateformes de financement participatif et prêts P2P en 2016 pour protéger les communautés chinoises des risques de défaut et du foisonnement des opérateurs.

Pour le régulateur chinois, cette intervention s’impose et ne vient en rien discréditer les sous-jacents technologiques du Bitcoin, crypto-actif pour le moins spéculatif et manipulé a contrario des architectures décentralisées, des consensus de validation et du standard ECR20.

Avec la blockchain, le sujet pertinent est d'illustrer une nouvelle ère de la confiance des échanges, notamment des marchandises vendues, comme l’a très vite compris Alibaba dans la traçabilité alimentaire via sa compatibilité ascendante originelle. Les enjeux bien identifiés sont : transparence, traçabilité, sécurisation des échanges, grand livre comptable partagé, smart contract, consensus de validation (proof of work, proof of stake, Po Authority …) et des centaines d’autres

CNCCEF – COMMISSION ASIE-PACIFIQUE -6- LA CHINE HORS LES MURS / 24 / 20.7.2018

pour répartir plus intelligemment encore le pouvoir et les validations des décideurs et des influenceurs tant au niveau opérationnel que de la gouvernance des organisations.

La phase de conception, puis celle de preuves de concepts sont maintenant courantes dans plusieurs industries avec une période désormais bien enclenchée de mise en production par les grands acteurs mondiaux et des startups aidées des éditeurs bien connus comme IBM, Accenture, SAP. Microsoft. Les GAFA ne sont pas en reste du côté occidental mais une lame de fond se construit avant de déferler hors de Chine.

Les plateformes de blockchain des BATXHJ (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi, Huawei, JD.com) ont été identifiées grâce à la vigilance de notre réseau CCE et nous avons découvert des livres blancs, tous plus ambitieux et impressionnants les uns que les autres, avec en ligne de mire la conquête de l’international. Le point commun à tous ces « game changers » sortant de Chine : une connaissance et une posture de leaders mondiaux dans leurs domaines de compétence du numérique et un levier de relais avec la blockchain...

Au niveau du matériel (hardware), la supériorité chinoise est évidente, les trois premiers vendeurs mondiaux d’équipement pour blockchain étant Bitland, Jianan Zhizhi et Yibang Technology.

L’insuffisance des moyens humains dans le domaine incite les universités de plusieurs provinces chinoises à explorer les modèles de formation des talents les plus efficaces.

Ces acteurs - à commencer par les plateformes des BATXHJ - sont tous en phase de déploiement de leur stratégie mondiale d’appropriation de cette nouvelle vague de technologies disruptives avec des communautés acquises au digital et notamment mobiles sur smartphone. JD a lancé la « Coalition Jingdong pour la qualité anti-contrefaçon » (JQACC) a vocation clairement internationale. Ces nouveaux usages de transparence et de répartition des pouvoirs décisionnels perturbent l’ordre établi des anciens modèles étatiques et/ou organisationnels pour bouleverser les écosystèmes traditionnels, avec à la clé un gain de productivité et de transparence pour l’ensemble des parties prenantes.

Une application pratique évidente est explorée pour la sécurité des opérations financières. Depuis 2017, plusieurs banques chinoises ont commencé à concevoir en domestique une alliance pour l’échange sécurisé de messages et constituent depuis lors leurs propres plateformes de financement du commerce utilisant la blockchain. Cette infrastructure applicable aux crédits et garanties mais également à l’affacturage et à l’escompte peut s’ouvrir rapidement aux agences à l’étranger et aux banques correspondantes. Le 25 juin, Jack Ma, patron d’Alibaba, a annoncé le succès d’une tentative de transfert de fonds utilisant la blockchain en seulement 3 secondes entre Alipay Hong Kong et le système compatible GCash aux Philippines, annonçant son intention d’étendre rapidement ce service au monde entier.

Toute médaille ayant son revers, la supervision directe du Parti communiste sur les standards de cryptage en Chine expose potentiellement les entreprises étrangères à un risque de détérioration de leur image et au vol de propriété industrielle.

Le Cantique des quantiques : nouvelle musique de sphères qui s’affrontent

Déjà engagée dans des pays comme la Chine et la Russie, l’informatique quantique se profile également à l’horizon pour offrir une couche supplémentaire de « suprématie digitale », notamment sur la blockchain. Complémentaires, ces deux technologies de rupture visent toutes deux à sécuriser les échanges de données sur une échelle malheureusement trop mal appréhendée à ce jour en France. Cette complémentarité et ce décuplement des synergies se fait soit par la traçabilité absolue sur l’ensemble de la chaine de valeurs soit par l’inviolabilité du cryptage sur de nouvelles échelles de grandeur.

Les révélations de l’espionnage des télécommunications sur une grande échelle par la NSA fait de la cryptographie quantique une solution indispensable pour la sécurité absolue. La Chine semble être en avance sur ses concurrents : l’Institut de technologie quantique de Jinan déploie déjà dans le Shandong un réseau de liaison sécurisé pour 200 utilisateurs ; toute tentative de piratage déclenche automatiquement une modification des particules lumineuses utilisées pour le cryptage et avertit le réseau de la menace.

Après les exploits du satellite Mozi (nom du philosophie Micius) - le projet militaire QUESS ayant réussi une communication satellitaire quantique à l’inviolabilité parfaite entre Vienne en Autriche et Pékin - Alibaba a de son côté développé une offre commerciale civile d’informatique quantique dans le cloud. Les solutions de crypto-actifs sont au coeur du déploiement de la blockchain, des smart contracts, des consensus de validation, de la smart tokenisation, et les solutions quantiques sont des dizaines de millions de fois plus rapides (10 puissance 8 selon Google qui utilise le Canadien D-Wave) pour craquer les clés de cryptage sur lesquelles reposent toutes nos vies digitales.

Au moment où le gouvernement américain appelait déjà de ses voeux l’usage de la blockchain comme outil d’éradication du piratage, le gouvernement chinois avait déjà inscrit la trajectoire des investissements en informatique quantique dans

CNCCEF – COMMISSION ASIE-PACIFIQUE -7- LA CHINE HORS LES MURS / 24 / 20.7.2018

les plans 2013 du Parti Communiste. La Chine mène la nouvelle déferlante de la troisième révolution de l’internet avec la blockchain et de sa couche de sécurité quantique.

A l’ère de nouveaux paradigmes de conquête et de suprématie voire de souveraineté, ces technologies empilées vont devenir un domaine essentiel de compétition et de guerre commerciale bien plus perverse que celle des tarifs douaniers. Leurs conséquences, positives et négatives, risquent d’être irréversibles. Le rôle des CCE est d’aider les entreprises et autorités françaises à identifier les menaces et explorer les nouvelles opportunités ; blockchain et transmission quantique peuvent devenir un levier d’attractivité de la France et une offre à l’international.

Resources